Rechercher
  • emilie cambon

Pourquoi prendre soin de son immunité

L'immunité, ce sont toutes les défenses naturelles de notre organisme. En hiver, le froid nous fragilise et nous sommes alors plus exposés aux maladies ou aux virus. Agir en prévention en renforçant son immunité permet d'améliorer nos mécanismes de défense face aux agressions extérieures pour ainsi conserver notre énergie toute l'année.



L'intestin : siège de l'immunité


"L'intestin est notre deuxième cerveau" : cette phrase maintenant assez connue du grand public résume assez bien l'importance du rôle que joue notre intestin. Il n'a pas seulement une fonction digestive mais son mauvais état peut avoir des répercussions sur notre état psychologique.


L'étude de l'intestin a commencé avec les travaux des Dr Bayliss et Starling au début du XXème siècle. Mais il aura fallu attendre près d'un siècle pour qu'un autre scientifique, le Pr Gherson mette en évidence le rôle de l'intestin dans le système nerveux, comme la sécrétion de neurotransmetteurs telle que la sérotonine qui intervient dans les mécanismes du sommeil.


Mais le ventre est aussi le siège de milliards de bactéries appelé le microbiote (ou flore intestinale). Cet écosystème se développe tout au long de notre vie : dès la naissance nous acquérons la flore dominante via notre mère, puis c'est notre alimentation, notre mode de vie qui permet à la flore sous-dominante de se développer. Le tissu de revêtement du microbiote, appelée muqueuse intestinale, va permettre la digestion et l'assimilation des nutriments, mais aussi le développement du Système Immunitaire Intestinal, le GALT qui représente à lui seul 70% des lymphocytes de l'organisme. Communément appelés globules blancs, ils sont en charge des réactions immunitaires. Les lymphocytes T et B sont produits dans la moelle osseuse et vont ensuite migrer dans les différents tissus lymphoïdes dont la muqueuse intestinale où ils « surveilleront » les éventuelles infections.


Dans l'intestin grêle, les lymphocytes se situent à des intervalles réguliers et forment ainsi une barrière. Mais il se trouve que des trous peuvent se former au niveau du GALT, notamment à cause d'une alimentation inadaptée, on parle alors d'hyper-perméabilité intestinale. Cela peut alors entraîner un déficit au niveau immunitaire avec pour conséquence des intolérances, des allergies alimentaires ou des maladies du tube digestif (Maladie de Crohn, syndôme de l'intestin irritable,...).



Mais il existe aussi une migration du GALT vers d'autres tissus immunitaires à travers la solidarité des muqueuses pouvant expliquer des pathologies distantes par un phénomène d'ensemencement : otite, sinusite, infections urinaires, cutanées, migraine, irritabilité, douleurs articulaires,... La muqueuse intestinale se renouvelle intégralement en 48-72h, ce qui explique qu'une infection intestinale provoque une maladie bénigne qui ne dure que quelques heures à quelques jours le plus souvent.


Comment prendre soin de son immunité


Lorsque cette muqueuse est perturbée, on pourra utiliser les probiotiques pour venir « boucher les trous » entre les cellules. Ces micro-organismes vivants, classés en différentes familles (lactobacilles, bifidobactéries,...), vont permettre de neutraliser les corps étrangers (virus, bactéries, xénobiotiques) et de reconstruire la barrière intestinale en réensemençant la flore. Il existe de nombreux produits sur le marché, je vous recommande de demander conseils auprès de votre naturopathe afin d'être guidé dans votre choix. La quantité, la qualité des souches sélectionnées ainsi que la durée de la cure feront une véritable différence dans leur efficacité.


Pour renforcer ce processus, on pourra également faire appel à la L-Glutamine. Il s'agit d'un acide aminé qui se trouve essentiellement dans les muscles, et notamment dans la paroi intestinale où elle vient nourrir les cellules de l'intestin. Une carence en glutamine pourra également être mise en cause dans les crampes ou les douleurs musculaires (ex : fibromylagie).


Les vitamines jouent également un rôle important pour la bonne santé du système immunitaire. Par exemple, la vitamine C est un anti-oxydant majeur qui active le système immunitaire avec une action anti-virale. Les effets de la vitamine C peuvent être diminués à cause du tabagisme, de la pollution ou de la prise d'antibiotiques, ce qui entraîne une carence et donc une faiblesse immunitaire. Mais avant d'envisager une supplémentation, il est recommandé d'avoir un apport suffisant par le biais de l'alimentation : kiwis, acérola, agrumes, groseilles, mais aussi chou fleur, brocolis, pomme de terre, persil,...


Enfin, les oligo-éléments comme le zinc et le sélénium pourront venir stimuler un système immunitaire affaibli.


Prendre soin de sa flore intestinale est donc primordial pour conserver une bonne immunité et résister aux différents virus.

Les facteurs qui fragilisent l'immunité


Avoir une bonne hygiène de vie est la base pour améliorer son état de santé global. Cela passe par différents comportements qui vont notamment influencer l'état de notre système immunitaire et donc aider notre organisme à mieux se défendre contre les différentes agressions.


L'alimentation : elle doit être variée et équilibrée le plus possible pour permettre à l'organisme d'avoir tous les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement :


  • Consommer des fruits et légumes de saisons qui vous apporteront les vitamines et les minéraux adaptés à vos besoins

  • Agrémenter avec des aromates, des condiments qui permettront de varier les goûts

  • Limiter les sucres raffinés, la viande, les laitages, les graisses saturés car ils acidifient l'organisme et donc le fragilisent

  • Eviter les additifs et les produits transformés !

  • S'hydrater suffisamment afin de permettre une bonne élimination des toxines


Le sommeil : celui-ci joue un rôle essentiel dans les différents métabolismes du corps. Si le cycle veille/sommeil est perturbé par des difficultés d'endormissement, des réveils nocturnes ou un manque de repos, alors les conséquences peuvent être toutes aussi variées. La sécrétion hormonale qui en dépend est déséquilibrée impactant ainsi tout l'organisme.


Le stress : c'est une des causes majeures des différents dysfonctionnements de notre organisme. Influencé par des facteurs extérieurs (deuil, séparation, pression au travail, maladie…), le stress trouve son origine physiologique au niveau des glandes surrénales. Elles sont en charge de la production d'hormones, et notamment celles régulant le niveau de stress : le cortisol et la cortisone qui protègent le corps d'un stress excessif, mais aussi l'adrénaline et la norépinéphrine qui permettent une réponse immédiate au stress. Un dérèglement de la production de ces hormones impacte directement l'état de nos défenses immunitaires.


L'aromathérapie pour soutenir l'immunité


Il existe de nombreuses huiles essentielles pouvant soutenir le bon fonctionnement du système immunitaire. Pas besoin de faire une « collection », les huiles essentielles ont souvent de multiples actions, vous pouvez donc choisir celles qui couvriront le plus de problématiques afin de limiter le nombre de flacons dans vos placards.


Celles qui sont à privilégier pour l'immunité contiennent majoritairement :


  • des oxydes terpéniques. La principale propriété de ces molécules, est qu'elles ont une action immuno-modulante, donc très utile pour lutter contre les virus, microbes et bactéries. Quelles sont ces molécules ? Vous les trouverez mentionnées dans la composition des huiles essentielles sous les noms de : 1,8-cinéole, eucalyptol, ascaridole, trans-linalol, linal-oxyde, pipériton-oxyde, alpha-bisabolol,...

  • des phénols : aux propriétés anti-infectieuses à large spectre : carvacrol, chavicol, eugenol, thymol,...

  • des monoterpénols : aux propriétés anti-infectieuses à large spectre, elles sont souvent combinées aux oxydes pour leur action immuno-modulante : géraniol, linalol, menthol, terpinéol, citronnellol,...


Attention, par mesure de précaution, les huiles essentielles sont déconseillées aux enfants, femmes enceintes et allaitantes. Demander toujours l'avis d'un professionnel, aromathérapeute ou naturopathe.


Huile essentielle de Ravinstara (Cinnamomum camphora ct cineole),

Immunostimulante, anti-virale, anti-infectieuse, anti-bactérienne, anti-catarrhale, expectorante, MAIS AUSSI : neurotonique, énergétisante – utile contre les courbatures, les insomnies, les maladies de peau d'origine virale (herpès, zona, varicelle).


En prévention :

  • Pour un usage ponctuel, 1 goutte sur les poignets que l'on frictionne avant d'affronter les virus de l'extérieur. Diluée dans une huile végétale pour un usage prolongé.

  • En diffusion, à utiliser en synergie avec l'HE d'Eucalyptus Radié dont la composition chimique est très proche.

Précautions : elle pourra être utilisée par toute la famille, sauf les bébés de moins de 30 mois (en raison de la présence majeure de l'oxyde terpénique : 1,8-cinéole). Attention, peut être allergisante si utilisée pure de façon prolongée.


-

D'autres techniques naturopathiques pourront venir renforcer, soutenir et stimuler l'immunité : phytothérapie, gemmothérapie mais également des exercices de respiration comme la cohérence cardiaque. Demandez conseil auprès de votre naturopathe afin d'obtenir un bilan personnalisé ici.

0 vue
Prendre rendez-vous :
06 87 45 98 39 - emilie.cambon@lilo.org

Retrouvez mes actus sur ma page        

  • Facebook - Gris Cercle
  • LinkedIn - Gris Cercle

​© Ma Nature Libre | Emilie Cambon - Mentions légales -  Créé avec Wix.com